Yellowstone, PQ 2029

Introduction

Le texte qui suis est possiblement sans aucun intérêt pour personne sauf pour le mien. C’est une première tentative d’écriture d’un roman. J’ai même pas écris un chapitre au complet. Je n’arrivais pas à composer un texte à la hauteur du sujet. Enfin, si vous lisez toute cette page… j’aimerais votre commentaire, même si vous détestez ça ou peut importe le sentiment que vous ressentez par rapport à cette histoire fictive.

Chapitre 1

En cette soirée, nous sommes le lundi 14 mai 2029, je débute la rédaction de ce mémoire suite aux images que tous les médias nous bombardent depuis la veille, dimanche.

Il faut dire que ça fait près d’un an qu’on nous parle d’une activité anormale en surface de Yellowstone aux USA. Au début on parlait simplement d’un légère modification de la composition chimique de l’eau de surface. Puis vint les changements morphologiques du terrain. Bien peu de gens étaient alors inquiets. Mais c’est quand ils ont dû arrêter les visites touristiques des geysers(Parc de Yellowstone) qu’une bonne partie de la population est devenue inquiète. C’est dommage parce que les gens ne peuvent plus voir les jaillissements records du fameux Old Faithful. Il faut mentionner que depuis quelques mois, nous pouvions encore regarder l’explosion du fameux geyser sur la webcam en ligne. Ce qui était incroyable, c’est que l’ampleur de l’explosion d’eau sulfureuse battait record après record presque quotidiennement. À un point tel que l’on nous présentait même une chaîne télévisée de cette webcam en permanence sur la télévision. C’est d’ailleurs précisément cette caméra qui nous exposa les premières images de l’explosion hier soir.

L’explosion fût telle qu’il a fallu une seconde avant que l’image disparaisse. D’ailleurs on nous transmet encore des images d’une caméra de surveillance éloignée de quelques kilomètres de là. On voit bien que l’enfer sous terre vient de jaillir à la surface. D’ailleurs, on nous dit de rester calme, qu’il n’y a pas de danger imminent pour nous. Mais les gens sont quand même affolés. Je suis d’ailleurs allé à l’épicerie ce soir et c’était la première fois que je voyais les tablettes à moitiés remplis. Les gens font des provisions… Même si nous sommes à des milliers de kilomètres de là, ici à Gatineau, en Outaouais. Les gens croient savoir ce que veut dire la première explosion d’un super volcan depuis l’existence humaine.

J’ai d’ailleurs moi-même rempli mon panier d’épicerie avant de regagner ma voiture. Je dois avouer qu’après avoir mis toutes mes emplettes dans le coffre de ma voiture, je suis entré à nouveau dans le IGA des Grives pour remplir un deuxième panier. Oui, je suis pris de peur, pareille que mes concitoyens.

Aux nouvelles ce soir, on nous a dit que l’éruption est telle que l’on ne devrait pas tarder à voir les premiers signes dans notre ciel dans quelques jours. On nous dit même que le ciel pourrait s’assombrir si l’éruption entre dans sa deuxième phase. Tout le monde capote, on ne parle que de ça. La peur se lis sur les visages.

Ma conjointe est restée à la maison avec mes deux filles. Elles regardent d’ailleurs le poste de nouvelles en continue pour voir s’il y aurait quelque chose de nouveau ou simplement plus d’informations sur la situation. Elles sont bien inquiètes. Je ne crois pas que nous irons travailler demain. D’ailleurs, je crois pas que personne n’ira, tout le monde est tellement sous le choc. On ne sait pas trop ce qui arrivera. Heureusement que nous sommes au début de l’été. Nous pourrons probablement profiter un peu de la chaleur avant que le soleil ne soit bloqué.

Donc je suis revenu chez moi avec le coffre de la voiture à ras bord et nous avons fini la soirée en regardant les nouvelles. Nous venons juste de coucher les enfants et j’ai décidé d’écrire ce texte en gardant dans l’idée que je tenterai de le faire chaque soir pour tenir un journal personnel de cette catastrophe écologique. Je ne crois pas qu’aucun autre incident du genre soit survenu avant dans l’histoire. J’avoue que j’ai peur.

Bon je vais me coucher et je reviendrai à mon clavier quand j’aurai plus de détails sur le déroulement des événements.

Mardi, 15 mai 2029

C’est littéralement la catastrophe.

Après avoir passé une très courte nuit, les enfants sont venus nous rejoindre très tôt dans notre lit. On aurait dit presque un matin de fin de semaine. Je dois dire que dès que j’ai ouvert les yeux, j’avais envie d’ouvrir le poste de télévision pour voir ce qui se passait. Nous espérions vraiment un arrêt de l’éruption mais on n’était pas préparé à ce que nous allions voir.

Après avoir fait mon café, j’ai ouvert la télé, pendant la nuit il s’est passé quelque chose d’incroyable à Yellowstone. Il y a eu pas moins de 6 autres éruptions autour de celle d’avant-hier. Oui oui, six! La bête n’était même pas réveillé il y a deux jour. Elle ne faisait qu’entrouvrir les yeux. C’est comme si celle-ci était en train de prendre connaissance de sa propre nature. On nous offre des images par hélicoptère indescriptibles. On peut entendre la peur dans les paroles des commentateurs. On nous dit même de ce préparer au pire. Qu’il faut faire des provisions en quantité et de continuer à respecter l’ordre.

Ce que je peux voir à l’écran, ce sont de multiples panaches de fumées gigantesques d’une dimension inimaginable. Ils vont tellement haut qu’on dirait qu’ils atteignent l’espace. On nous a montré également des images prises de la Station Spatiale Internationale. On dirait déjà que le nuage de cendre veut envahir l’est américain en partant de Yellowstone. Ce nuage, on peut voir clairement qu’il se dirige vers le nord est de l’amérique. Nous, moi et ma petite famille, sommes directement sur sa trajectoire. Je suis pris de panique intérieur… je crois que nous seront dans les premiers touchés sur la planète. Ils parlent d’ailleurs pour la première fois d’une catastrophe mondiale. Mais pour l’amérique de l’est, on parle littéralement d’une destruction massive de la vie. Qu’allons-nous faire? Je crois que la question se pose. Elle est d’ailleurs incontournable.

Donc ce matin, après mon petit déjeuné avec les enfants, ma conjointe m’a demandé de retourner encore une fois au marché pour faire plus de provisions. Surtout des denrées sèches et des conserves. Donc j’y suis allé…

Arrivé au supermarché, c’était pire que hier. Même que j’ai été stupéfait de voir qu’il n’y avait même plus de caissières présentes… c’était l’anarchie. Le pillage. Je ne pouvais croire qu’en deux jours on en était déjà là. Je ne pouvais m’imaginer ce que c’était dans les villes plus près de Yellowstone. Non, mais… on est quand même très loin de là! On a même pas vu de la cendre encore ou quelques phénomènes météorologiques que ce soit…

Je suis retourné dans le stationnement pour prendre un panier et je suis retourné à la course dans le IGA. Les gens se battaient presque pour les conserves. J’ai pris ce que j’ai pus, j’ai également réussi à mettre la main sur un sac de riz et quelques autres denrées moins populaires qui restait encore dans les tablettes.

De retour à la maison, j’étais pris de panique et Marie me demandait ce qui se passait. Quand je lui ai expliqué ce que j’avais vu elle est devenue blanche de peur. Qu’allions nous faire? Pour l’instant, on suit les conseils des dirigeants à la télé. Nous savons que nous ne pourrons pas rester en ville et que probablement il faudra quitter pour la campagne où on aura sans doute plus de chance d’échappé au chaos.

Toute la journée nous avons fait des plans. Le meilleurs de ceux-ci est probablement de rejoindre mes parents dans leur ferme de la Haute-Gatineau. J’imagine qu’il sera possible de pêcher du poisson dans la rivière pour un bon moment encore… même si le soleil ne nous réchauffe plus.

Marie aurait bien aimé rejoindre ses parents dans l’est du Québec, mais cela impliquerait de traverser plusieurs zones urbaines incertaines. De ce qu’on peut voir, c’est que les principales autoroutes dans ces secteurs sont déjà paralysés. Je ne sais même pas si c’est possible de se rendre jusqu’à Québec en ce moment.

Ce soir, nous allons dormir là-dessus et on décidera ce qu’on fait exactement demain matin après, espérons-le contraire, une dernière nuit dans notre maison du Plateau.

Je reviendrai à mon journal demain.

Mercredi 16 mai 2029

Nous sommes très tôt dans la journée. En fait, il n’est que 3h du matin. Je me suis levé, incapable de dormir. Je dois vous faire une description de ma petite famille avant de continuer.

Marie et moi sommes en union libre depuis maintenant 13 ans. Nous avons deux merveilleuses filles. Anne a huit ans alors que Florence en a six. J’ai entrouvert leur porte avant de descendre de l’étage et elles dormaient toutes les deux comme des petits anges.

Malgré la catastrophe en devenir, les autorités nous disent que l’on a pas à s’inquiéter pour les communications comme le téléphone et l’électricité. En fait, c’est surtout les transports qui sont touchés durement. Il y a plusieurs états américains qui sont totalement paralysés par les retombées de cendres. On nous montre des images de villes qui ressemblent drôlement à celles du 11 septembre à New York. Le canal météo nous renseigne que nous devrions voir le ciel se voiler d’ici un à deux jours. C’est très inquiétant… surtout qu’y parait que les plus grandes villes se vident en ce moment. Les gens cherchent le meilleur endroit pour survivre pendant longtemps.

Je crois que nous irons sur la terre familiale de mon côté dès aujourd’hui ou demain. À partir de là je ne sais pas vraiment ce qui va se passer. J’imagine que ça va dépendre du climat et de la météo à venir.

À suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *