Le suicide n’efface pas la douleur

Cette citation n’est pas la mienne, mais je la trouve tout à fait pleine de sens.

Le suicide n’efface pas la douleur, il la transfert à quelqu’un d’autre.

Je pourrais écrire de long en large sur cette phrase. Mais je vous laisse y réfléchir, inutile de dire que celle-ci est totalement vraie.

4 thoughts on “Le suicide n’efface pas la douleur

  1. Salut.

    Je ne veux offenser personne et surtout pas nier la douleur de ceux qui ont perdu un proche par suicide.

    J’ai toujours considérée qu’une mort est une mort quelque soit la modalité (naturelle, accidentelle ou suicide).

    Je comprends l’idée du transfert de la souffrance mais qu’en est il de cette souffrance que j’ impose/cause à mes proches par ce qu’il me voit plonger au quotidien ? de cette douleur née de la conscience que je suis entrain de les entrainer avec moi ?
    c’est une forme de double peine la mienne, additionnée de celle que je cause…

    1. Allo Sandrillon,

      Premièrement, tu n’offense personne avec ton commentaire. Il est légitime et tout à fait vrai. Tu as raison d’un côté, oui la peine est là quand on voit quelqu’un plonger au quotidien. Par contre, ce n’est pas le même sentiment que l’on ressent quand quelqu’un qu’on aime se suicide. Cette dernière est une douleur vive, directe au coeur… Mais je ne veux pas diminuer ce que tu avance comme douleur quand on voit quelqu’un qu’on aime sombrer… surtout que souvent, on se sent impuissant pour aider les autres… surtout quand ceux-ci ne font rien pour améliorer leur propre sort.

      Si tu as envie d’en parler plus en détail de ta peine, ça me ferait vraiment plaisir de discuter avec toi. Répond à mon commentaire, envois-moi un courriel par la page contact ou vient simplement jaser sur le tChat en bas à droite du site.

      À bientôt! 🙂

      1. salut Christian
        Je te remercie pour ta réponse et l’existence de ton site.

        Je n’ai plus d’envie suicidaire, et mieux j’ai repris espoir.
        Repris n’est pas le bon mot… malgré mes envies suicidaires je ne l’ai jamais perdu ! Je ne pouvais plus accéder à cet espace en moi, c’était bloqué quelque part et je ne savais pas où… et c’était peut-être ça le plus terrible.

        Je vais mieux aujourd’hui, j’ai accepté de prendre un traitement pendant quelque temps, je vois un psychothérapeute toute les semaines. J’évacue les souffrances accumulées ces 2 dernières années qui ont été très rudes pour moi et ma famille.
        J’envisage de reprendre mon activité professionnelle d’ici quelque mois.

        Je suis retournée vivre dans mon appartement. Je cuisine et je l’entretiens seule. J’ai planté des fleurs dans mon jardin avec l’aide d’une voisine. j’ai des projets d’aménagement de placard.

        Quelque mots pour tous ceux et celle qui traversent une crise suicidaire : on peut en sortir mieux on va s’en sortir !

        Célébrez vos victoires les plus banales :
        vous avez résister à la tentation de mettre fin à vos jours ? BRAVO !
        vous avez réussi à sortir de votre lit pour vous trainer jusqu’à l’ordi ? BRAVO !
        vous avez pris une douche ? BRAVO !
        vous avez mangé ? fait le ménage ? passé un coup de téléphone? BRAVO

        Je suis fière de vous ! Même si je ne vous connais pas personnellement…

        1. Merci énormément Sandrillon pour ton message! Comme je te disais dans le tChat, je ne peux expliquer la nature du bonheur que ton message m’apporte! Tu reviens quand tu veux! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *