Le nid de guêpes

Ceci est une histoire vrai de mon père.

Quand il était adolescent, il habitait encore sur la terre familiale à Gracefield sur le bord de la rivière Gatineau.

Un été très chaud était en cours et c’en était un tout particulier, surtout vu la quantité impressionnante de nids de guêpes.

Comme très souvent il le faisait avec ses frères, ils allaient en bateau sur la rivière pour pêcher et se baigner. Mais un jour, ils ont trouvé un nids de guêpes d’une grosseur record. Il tenait là par le bout d’une branche suspendu au-dessus de l’eau.

La tentation de jouer avec cette trouvaille était plus forte qu’eux. Ils passaient très près du nids à toute vitesse en gardant le moteur du bateau à plein régime. La troisième fois, alors que c’est son frère qui rinçait le moteur, il pris une rame et quand ils passèrent près du nids, il lui en donna un coup. Vous auriez dû voir la quantité phénoménale d’insectes qui s’en échappait. Le moteur du bateau était tout juste assez rapide pour éviter de se faire piquer.

En voyant ça, je vous le jure même si vous ne me croyez peut-être pas, mais mon père a dit:

« Tabarnak de calisse, ya dont ben des guêpes dedans! »

Le jour suivant, alors que mon père et mon oncle étaient retournés sur la rivière pour pêcher, ils n’étaient pas très loin du nid quand ils virent un bateau s’en approcher. Ils ont alors reconnu deux étrangers qui venaient de la France. Ceux-ci passaient l’été dans la région, ils les avaient croisés au village.

Bien assis dans leur chaloupe, ils regardèrent les deux français s’approcher de plus en plus près du nid.

Quand mon père vit un des deux se lever de son bateau, il s’écria: « Touchez pas à ça calisse d’osti!! »

Trop tard, le gars venait de prendre le nid avec ses deux mains.

« Vous auriez dû voir ces deux sacraments se faire attaquer par le nid au complet! » – dit mon père en racontant cette histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *