Histoires de suicidaires

Je reviens encore une fois avec des souvenirs de mon ancien site « Suicide sans douleur« . Beaucoup de gens s’y sont retrouvés en cherchant un moyen de mettre fin à leur jour. Ce qu’ils ont trouvé était un endroit où ils pouvaient se confier, anonymement s’ils le désiraient, sans se faire juger.

J’étais une oreille attentive, je lisais tous les commentaires et y répondait de la meilleure façon que je le pouvais. Avec cœur, sensibilité et compassion.

Dans le but de transmettre ces histoires parfois difficiles à lire et en l’honneur de leurs auteurs, je les partage dans le but d’aider. Oui, je suis certain que de lire une histoire semblable à la nôtre peu nous aider dans notre propre cheminement. Parce que vouloir mourir, c’est aussi l’espoir d’une renaissance dans un monde meilleur. Mais cette renaissance peut avoir lieu une, mais aussi plusieurs fois dans le courant d’une même vie.

Depuis toutes ces années, il y a encore des gens qui m’écrivent pour me dire qu’ils sont toujours en vie… et ils disent que c’est leur passage sur le site « Suicide sans douleur » qui les a aidé à retrouver goût à la vie.

Sur le site en question, il y avait une page intitulée « Votre histoire ». Sur celle-ci, j’invitais les internautes à nous raconter la leur…

Merci à toutes ces personnes qui ont pris le temps de me raconter leur histoire.

En voici quelques unes.

Inconue:

Bonjour a tous , je n’est jamais été quelqu’unde méchante , jai 16 ans , je suis incapable de me regarder au miroire , Mon frére ma étrengler , et quelque fois me bat , il me regard souvent d’un air bizzard , regard pervers , jai jamais fait de mal a personnne , je dit jamais rien je suis toujour là pour tout le monde n quand il me traite comme une ( merde ) je lesse passer je dis jamais rien , jai su que tout mes amis m’ont fait les <> , Sa était dur a digérer , je ne comprend pas pk , je n’est jamais rien dit de méchant contre euh , puis sur moi j’ai horreure de moi même je suis maigre , trés même jarrive pas a grossire , mes parent vont m’envoyer dans un lycée horrible , ma soeur est décédé et j’ai juste envie d’en finire

Thierry:

bonjour à tous,moi,mon histoire est somme toute semblable à beaucoup d’autres!!!
j’ai connu ma femme,enfin je dis ma femme,on est divorcés aujourd’hui,donc je l’ai connue à une époque ou ,déja,je n’allais pas très bien.J’étais à la limite de la délinquance.je reste persuadé aujourd’hui qu’elle m’a sauvé à l’époque,elle m’a soutenu,poussé vers l’avant,et on a construit plein de choses ensemble,tout ce dont je révais,une famille,une maison,etc…je voulais juste la vie de mr tout le monde..et puis la machine s’est emballée,pour qui ,pourquoi??alloez savoir!!rien n’est tout blanc ou tout noir dans un couple.je vous passe les détails,mais aujourd’hui,après une année 2011 calamiteuse ou j’ai tout perdu,mariage,maison,enfants un week end sur deux,et bien sur boulot,et bien 2012 est en passe de surpasser 2011…compte bloqué,etc…alors quelle analyse je peux en tirer dites moi?? je ne suis qu’une merde ,voilà tout!!!et ce ne sont pas les nombreuses scéances de psy que j’ai eu qui changeront le jugement que j’ai sur moi..j’y arrive plus,tout simplement,la douleur morale est trop grande…et comment en parler aux proches?? quand ils me voient un peu « démoralisé » selon eux,la seule chose qu’ils trouvent à dire c’est »ne fait pas de bétises surtout!! »..que répondre à ça???Aujourd’hui,je ne vois aucune solution,voila le hic..quand il vous reste ne serait ce qu’une lueur d’espoir,on peut se raccrocher à ça,mais là,franchement, je me dis que partir sera surement un soulagement pour tout le monde…

Mathilde:

Ce serait tellement long à expliquer…

Nicole:

L’histoire d’une fille qui est née dans un cauchemar.

Un beau jour vient au monde une fille. Comme personne, elle n’a demandé à venir au monde et pourtant elle est là. Elle le découvrit petit à petit, elle fut fascinée par ce monde inconnu. À l’âge de 4ans elle vit ses parents se déchirer, durement. Elle essaya de s’interposé mais vue qu’elle n’avait pas de chaussure, elle s’est malheureusement coupée le pied, donc on l’éloigna de la bagarre. Après ça, sa mère pris elle et sa grande sœur pour partir du pays ou elles vivaient, elle foula le pied américain, mais aillant un problème de visa elle a dû avec sa mère et sa grande sœur retournèrent en Afrique.

Elles reprirent l’avion mais cette fois pour la Suisse. Une nouvelle vie commençais pour elle et sa famille, en grandissant elle vit que ça allait de pire en pire. Elle se faisait battre, pour tout et pour rien, elle était le souffre-douleur au tant de sa mère que des personnes de l’école, oui elle n’était pas comme toute les autre mince etc. non elle c’était une petite fille ronde. Et vue que c’a ne plaisait ni à sa mère ni au personne de ses écoles ou elle y était, elle se faisait insulté. Et de ce faite, elle grandi en se détestant, en détestant son reflet. Comme on dit un malheur ne vient pas tout seul et donc les catastrophes suivaient.

À 7ans un homme la toucha, pas la tête ni bras ni la main, mais bien plus bas et pas qu’une fois. Il a essayé d’aller jusqu’au bout mais heureusement quelqu’un arriva. Elle n’osa pas en parler à sa mère et donc comme pour le reste elle le garda pour elle. Un jour elle s’amusait à cache-cache avec des amis et un homme arriva puis lui fit des avances, elle prit ses jambes à son coup et couru jusqu’à chez elle. Depuis elle développa une crainte immense pour les hommes.

À 10ans elle fit sa première tentative de suicide, car à cet âge elle ne supportait déjà plus cette vie qui n’était pas fait pour elle, mais sa sœur arriva et l’empêcha de sauter. Elle grandit et chez elle ça n’allait pas mieux. Elle se faisait toujours battre et se faire traiter comme une simple merde. À l’adolescence elle se mit en couple avec des garçons, mais de ce côté-là aussi ce n’était pas mieux, désastre sur désastre. Elle tomba en dépression et se faisait du mal. Tous les soirs dans son lit elle pleurait, elle commença une formation après ses études, mais n’arrivant à rien à cause de son état elle ne fit pas long feu. Elle fit une nouvelle tentative de suicide, elle prit des médicaments mais s’évanoui avant de pouvoir aller chercher de l’alcool. Elle se réveilla et vomi les médicaments, elle se sentait mal durant des jours.

Elle broya du noir de plus en plus, jusqu’au jour où elle rencontra un mec, ce mec lui donna un second souffle, lui disant des mots qu’elle n’avait jamais entendu, qui était gentil, adorable, mignon bref pour elle c’était lui. Oui lui avec qui elle voulait avancer, elle le sentait du plus profond de son âme de son cœur. Les mois passait et elle était aux anges pensant que lui aussi. Mais un beau jour cet homme qui est son premier amour lui dit que c’était fini, sans réel explication et là elle vit son monde s’écroulé. Elle avait retrouvé goût à la vie grâce à lui et là tout s’est écroulé. Le cœur qu’il a réussi à recoller me l’avait encore plus détruite, les pensées de suicide qui avaient disparues, revinrent comme un gros coup de points. Et depuis elle fume de la drogue pour pouvoir réussir à manger. Mais n’arrive toujours pas à dormir. Elle a juste envie d’en finir avec ce monde qui lui fait comprendre qu’il ne veut pas d’elle.

Cette jeune fille c’est moi.

Mus:

Bonsoir

Je suis arrivée sur ce site car je cherchais un moyen de me donner la mort sans douleur. J’ai lu bcp de témoignages et j’avoue que ça me fais du bien de trouver un site ou les gens sont compréhensifs et respectueux.
La vie est parfois vraiment difficile. En ce qui me concerne je ne vois plus de solution acceptable ou satisfaisante. Je me sens très fatiguée et très lasse. Un peu comme si j’avais vécu 2 vies en une. Je ne vais pas détailler les événements qui m’ont conduite à cette idée de suicide, ça serait trop long. Je ne sais même pas pourquoi je poste ce commentaire, un besoin d’écrire sûrement, l’écriture libère un peu mon âme et mon cerveau.
Courage et bonheur à tous

Blackdark:

Recement dans une discution avec mon papa: 15 ans? tu rigole! ça fait 20 ans qu’on a enménagé ici..

Recement dans une discution avec ma soeur: comment ça 5 ans? ça fait 7 ans que tu a eut ton permis..

Alors comme ça ça semble annodin, mais ça explique bien que j’ai passé tellement de temps à chercher le bonheur en vain que je ne me suis meme pas rendu compte de tout le temps que j’ai perdu, comme si rien ne changeait comme si je penssai que le temps ne passerait pas temps que rien ne s’améliorerai pour moi…c’est là le point, la terre elle a continuer de tourné, sans que la roue est tournée pour moi, le temps n’attendra pas que je trouve mon bonheur, le temps n’attend rien.

Des mon enfance j’ai commencé ma vie avec ce probleme de santée qui n’est pas grave en soit mais qui était au début assez genant socialement, je suis atopique, un combiné d’asme d’eczema et d’alergies, à l’age de 6ans je peut dire que j’avais passé pas mal de temps à l’hopital du coup je commencait dailleur a prendre du retard par rapport à mes cours j’était assez faible en sport donc déja mis apart, je sentais que j’étais faible par rapport aux autres j’étais aussi un mauvais éleve en plus avec mon retard c’était pas facile j’était pas du tout turbulant mais plutot silencieux et calme tellement que l’instite avait convoquée mes parents en leur disant que j’avais un grain dans la tete et qu’il fallait que j’aille voir un psicologue, une fois rentré à la maison mes parents bien sur s’en prenait a moi en me disant que j’était la honte de la famille ils me comparais aux cousins et aux fils de leurs amis. Un jours cette instite m’avait demander de descendre dans une sale de l’école pandant qu’elle fesait le cour aux autres éleves il y avait un psicologue qui m’attendais mes parents ne le savait pas mon instite avait pris cette initiative sans rien demander à personne ce psicologue avait contacter mes parents, et il leur avait dit que j’était un garçon tout à fait normal, que j’avais meme un bon QI, dailleurs il aurai bien envoyer petre mon instit, j’ai passer aussi d’autres moments à l’hopital à cause de ça car cette foutue maitresse insistait toujours à ce sujet, j’avais fait pleins d’examens ils n’avaient rien trouvé quand à mon pédiatre il disait à mes parents qu’il fallait me laisser tranquil car c’était tout simplement mon trait caractériel, que pensseriez vous si vous viviez ça dans votre enfance? à l’age de 6ans je passais ma vie a me sentir différent des autres, faible sans rien pour moi.

mais ça ce n’était que le début, j’était de plus en plus mis de coter, au collège je découvrais de plus en plus le mépris et la méchancetée gratuite de l’etre humain qui s’exprimait et s’acharnait dans toute ses possibilitée sur ma personne, une adolescence triste noyée dans les insultes, dans des amours bien singlants avec des deceptions allucinantes des filles qui me fesaient croirent qu’elles m’aimaient et puis leurs insultes pour me faire comprendre que c’était des coups montée, des ascenseurs émotifs, en plus déja que je suis timide il fallait finir de donner des coups de marteau la justement ou il y avait des fissures, mais quel etre étrange qu’est l’etre humain! vraiment.

J’ai été amoureux, amoureux à en etre malade sans jamais savoir ce que c’est l’amour et aujourd’huis à 28 ans c’est toujours pareil, sites de rencontres, amies de ma soeur, connaisance, mais rien, toujours rien.

passé le temps du collège au lycée c’était une periode plus calme, peut etre meme trop, rien d’exaltant, a part les camarades de classes qui organisait des soirée entre eux, et les soit disant amis de cette assiociation qu’on appelle les conscrits, (les conscrits pour ceux qui savent pas c’est un groupe de jeunes d’un certains age qui organisent des fetes) mais eux aussi il fesaient des sorties entre eux avec la trésorerie et j’avais aussi participée a l’enrichire, j’avais bien les boules quand j’ai su ça.

Il n’y a qu’une chose qui m’a presque sauvé la vie, c’est cette chose qu’on m’a présenté, un cd
celui d’un programme pour composé de la musique et ma vie avait changé, des l’age de 16 ans j’avais découvert ça et je n’est jamais rien laché, j’ai apris vite à composé à mixer des sons et à les faire, j’ai apris à composé pleins de styles de musique, fait plusieurs groupes de musique, plusieurs projets, en fait c’est ce avec quoi j’aimerais faire ma vie, je me bat pour ça, je lutte ça va faire 12 ans que ça à commencé, j’ai eut beaucoups de moments pas facile aussi dans le theme de la musique meme la ou je penssait me sauvé j’ai pas forcément été chanceux peut etre un peut au début mais apres ça c’est vite dégradé, la concurence est cruelle dans ce millieu il y a pleins de gens jaloux et sadiques qui utilisent l’indifférence…

J’ai ensuite quitté le lycée et j’aivais travaillé comme magazinier je crois que ça a été le travail le plus pourri que j’ai fait, le plus chiant, et j’ai rencontrer les collègues les plus ingrats les plus pourris que j’ai jamais vu, je me souviendrai toujours de la comptable cette vielle veuve devenue noir et sadique dans sa tete, elle insinuait pleins de choses méchante sur moi et fesait courir pleins de mauvaises rumeurs, certe dans le monde du travail c’est toujours comme ça mais au debut quand c’est la découverte c’est toujours une bel émerveillement.

C’est en 2009 que j’avais pris la décision d’allé vivre en italie à Milan avec un pote, en fait depuis l’age de 9 ans je révais de ça car chaques année en été ma famille et moi meme partions vers Rome retrouvé nos grand parents, oncles et cousins.
Etant billingue je n’est pas eut de probleme j’ai plutot été avantagé sur ce point, un ans plus tard mon pote était repartit en France car il s’était laché avec ça copine qui était de Milan, je suis donc resté seul en cherchant de faire ma place mais le reve c’est vitre transformé en un cauchemar, l’italie est un pays en difficulté tout est cher on est pas aider c’est un pays qui a de grosses difficlutés économiques tout comme la grece, par moment je n’était pas souciant de ma solitude tandis que certains jours je sentait le poid de la solitude sans présence dans mon apart, avec ma famille loin, sans argent à la fin du moi, par chance je m’était fait un peut de potes et de temps à autres on se voyait mais ils étaient à fond dans leurs études et ils n’avaient pas forcément le temps pour tout, je travaillais dur dans un hotel ça payait à coup de lance pierre la vie en italie c’est spécial, il y a beaucoups de gens mesquin ça magouille beaucoup, il y a pleins de fois ou je me suis fait avoir, j’avais passer 3 ans dans cet hotel gerér par une famille qui ce prenait tout les avantages et m’explotait à fond pendant que j’éssayait de vendre ma musique sans succes non plus, j’ai donc chercher un autre travail, et j’avais trouvé une place pour travailler dans une salle opérative féroviare je suis resté 2 mois pas plus c’etait au dessus de mes capacitée je me fesait enguellé sans cesse par mes collègues par tout le monde et chaque soir je me sentait une merde quand je rentrais chez moi, un jour ça c’était tres mal passé j’avais claqué la porte et j’avais appelé mes parents pour leur annoncé mon retour en France, apres 3 ans je suis retourné vivre chez mes parents, j’ai laisser mes amis la bas ils viendrons me voir dans pas longtemps dailleurs.

Je suis revenu chez moi je me suis réinscrit sur meetic et pleins d’autres sites de rencontres mais rien, toujours rien, desormais socialement je suis seul car ici en France je n’ai jamais réussit à m’épanouir, je suis trop simple comme personne, je suis trop bon je n’est jamais réussit a me faire accepter c’est pas facile et ça ne l’a jamais été, àpart ça je suis sur un nouveau coup musical et cette fois j’espère beaucoup je croise les doigt je croise meme les fesses j’ai tout donner pour ça, je vais meme investir beaucoup d’argent la dedans.

Je travaille dans un restaurant à mis temps je fait serveur et avec les collègues c’est en train de tourné au vinaigre je suis une catastrophe, mes parents me soulent et n’arretent pas de me demander ce que je voudrai faire de ma vie, car ils savent que ce travaille que je fait n’est pas définitif quand je ne répond pas ça les énerves, mais je veut réussir dans la musique et je n’ose pas leur dir car dit comme ça c’est pas crédible.

Quoi qu’il en soit çi se coup musical venais à ce passer male je pensse que j’arraiterais la musique je finirais de payer mes crédits et en finirait avec la vie, apres tout si je suis sur ce site c’est pas pour rien,
c’est pour tout ce temps que je perd à me demander comment les gens ils font pour dir que la vie est belle comme on pourrait dir qu’un morceau de plomb c’est bon à mangé parceque ça a un bon gout, si vous saviez combien de chose j’ai escompté dans ce que j’ai écrit, pleins de choses qui font male mais ça aurait été trop long et difficile à expliqué.

Utopia:

Bonsoir. Je suis arrivée sur ce site, perdue dans mes idées sombres. Christian, ton histoire m’a beaucoup émue, et je trouve que tu es une personne avec un très grand coeur, merci pour ce site, qui j’espère, aide et continuera d’aider des gens dans le besoin.

Souvenire:

Bonsoir.

J’ai des envies suicidaires. Je ne sais pas vraiment pourquoi.
Depuis l’enfance, j’ai toujours été une enfant un peu à part, qualifiée d’étrange, d’anormale… Les professeurs me mettaient toute seule au fond de la classe, mes parents ne m’aimaient pas parce que j’étais trop étrange…
Toujours est-il.
J’ai peur parce qu’il y a trois ans ( j’ai 16 ans) j’ai fait une immense dépression. Je voyais un psy chaque jours et j’ai de nombreuses fois failli passer à l’acte ultime. Me suicider.
Mais le temps aidant, je me suis faite deux amis ( mes seuls à ce jour je le crains) et c’est allé mieux.
Je pensais vraiment aller mieux vous savez.
Je riais.
J’étais bien.
Et puis il y a trois moi, j’ai perdu l’appétit. Je maigris de jour en jours et j’angoisse parce que je ne peux pas arrêter. Tout me dégoûte.
Je n’arrive plus à parler à mon meilleur ami. Il se sent dépassé par ma dépression, je peux pas lui en vouloir.
Et au final… Je finis complètement amorphe, à pleurer, tout en écrivant ce texte. Je veux en finir. Je n’ai pas parlé de mes problèmes, qui sont multiples. Je sais une chose. Je ne peux pas continuer. Et ça me fait peur. Si peur.

Didz:

Bonjour,

Je suis une ado de 18 ans, j’ai des amis, je sais que je ne suis pas seule et qu’il y a largement pire comme vie que la mienne. Actuellement je suis en classe prépa. C’est dur mais je le savais déjà en arrivant.Et je suis dans un état d’esprit où me taper des sales notes ne me dérange pas vraiment: c’est la prépa après tout. En apparence, j’ai un avenir tout tracé: devenir ingénieure, avoir une vie stable et heureuse. Le souci c’est qu’à l’intérieur, quelque chose ne va pas.
Je connais en partie la source de mes malheurs, telle que ma vie sentimentale; malgré avoir eu des copains, je me suis rendue compte que les filles ne me sont pas indifférentes. Je suis même amoureuse d’une de mes amies et ça me saoule vraiment. J’ai mis du temps à m’y faire intérieurement, mais mon but reste toujours de refouler tout ça. Je pourrais assumer ça, mais je vis dans une famille aux idées très traditionnelles niveau religion et tout ça, et où l’honneur a beaucoup de place. Bref, même si je sais que je devrais franchir le pas pour mon bonheur, je ne peux pas. C’est comme un mur infranchissable et je me suis comme résignée à vivre comme ça. M’extérioriser ne m’a apporté que des souffrances à moi, mais aussi et surtout aux autres, ce qui est le pire, alors je me restreins à le faire aujourd’hui, c’est trop dur…Vous me direz, c’est peut-être une raison suffisante pour vouloir mourir. Et puis c’est vrai qu’on entend toujours des gens qui disent  » les gays et bi, c’est contre nature, ils devraient tous mourir pour rendre service à l’humanité ».. Franchement, ces gens me font bien rire.. Pour moi, si ça existe, c’est que ça doit être naturel… Après, tout est une question d’opinion et de morale. Non, ce n’est pas ces paroles qui me donnent envie de mourir.

J’ai cherché d’autres sources de bonheur comme la musique, où l’on dit que je suis assez douée et qui constitue un rêve pour moi.. Mais les rêves n’ont pas de place dans cette société conformiste, tout le monde le sait. Enfin, je pourrais essayer de les réaliser mais, la lâcheté, la fainéantise et cette conscience qui m’a conditionné à vivre une vie sans « excentricité » m’en empêchent. Changer? J’aimerais bien, mais comme on dit, « chasse le naturel, et il revient au galop ». J’aurais peut-être du choisir une autre voie? Mais ça aurait été la même chose. Je n’ai pas ce déclic qui me donne réellement goût aux choses que j’entreprends..

Bref, quelque chose ne va pas… Même avant de découvrir mes préférences sentimentales, je sentais que j’étais à part, comme si je n’arriverais jamais à trouver ma place parmi tous ces gens. Pourtant j’ai des rêves, des ambitions comme les autres, bien qu’elles soient moindres, et j’ai envie d’y croire. Mais j’ai ce poids permanent dans le ventre qui m’empêche d’aller de l’avant. Et quand je pense à l’avenir, je ne vois rien. Je ne fais pas partie de ces gens qui veulent mourir parce qu’ils ont des tonnes de problèmes insurmontables, où qui ont vécu d’horribles traumatismes dans leur vie, bien sûr j’ai mes problèmes de famille, de boulot et tout ça… Mais j’ai juste l’impression d’être de trop. Certains ne me comprendront peut-être pas, mais je n’ai pas d’autres explications à donner, je considère que ma naissance est inutile et complètement dénuée de sens. Seule ma mort en aurait.

Il ya des gens qui m’aiment, et que j’aime… Mais m’attacher réellement m’est impossible. Je ne suis pas tout à fait au bout du rouleau, mais le suicide m’obsède depuis des années aujourd’hui, j’écris des poèmes sur la mort, m’imagine toujours mourir dans des circonstances où je dois me sacrifier, et je sens que le bord du gouffre n’est pas loin… Et pour moi, le jour où je n’aurais vraiment plus envie de rien, sera le jour de la fin. Comment enlever ce poids? Comment ne plus souffrir? Pour moi, le suicuide est une évidence. Mais je ne sais pas comment m’y prendre. Ma lâcheté me pousse à ne pas vouloir souffrir en mourant, et j’aimerais que ce soit rapide… Peut-être des médocs, il paraît que c’est une mort douce. Mais je ne sais pas. Peut-être quelqu’un pourra-t-il me montrer la voie…

Mimi:

Bonsoir tout le monde
J’ai 16 ans mais je crois en avoir déjà assez vu. Je ne supporte plus les disputes qui ont lieu entre mon copain et moi. En cours je n’arrive plus à suivre et je me sens obligée de sortir pour pouvoir respirer.
Je ne lui ai pas parlé de ça pour qu’il ne se sente pas coupable ou responsable de ma mort, je préfère qu’il ait la conscience tranquille et qu’il se refasse une vie avec une personne meilleure que moi.
J’espère trouver la paix et la sérénité dans l’autre monde. Je vous embrasse. Merci pour le site et merci pour les différentes interventions.

Selim:

Comme toutes les personnes qui se retrouvent la première fois sur ce site, je cherchais un moyen de quitter ce monde rapidement et sans douleur. Après avoir visité ce site, je remercie christian de l’avoir créé. De m’avoir permit de me rendre compte que je n’était pas seul à souffrir, de n’être pas le seul à ne pas trouver ma place dans ce monde. Mon histoire est similaire à beaucoup d’entre vous. une histoire qui commenca très mal dès le debut et qui ne s’est jamais arrangée. je suis né d’un mariage mixte entre un marocain et une belge. Ma mère est morte au Maroc,en face de moi, après avoir pris des medicaments pour mettre fin à ces jours. Elle ne voulait plus vivre parce que mon père la trompait alors qu’elle avait tout quitté pour lui pour venir s’installer au maroc. J’avais 4 ans et c’est mon plus ancien souvenir d’enfance. je n’est plus aucun souvenir de ma mère à part le visage morbide qu’elle avait ce jour là. Après ça, mon père a changé. Il ne supportait plus de voir mon petit frère et moi car on le renvoyait à sa propre culpabilité. Alors jusqu’à l’age de 18 ans j’ai souffert pendant des années des tortures physiques et psychologiques de sa part et de celle de sa deuxième femme avec laquelle il avait trompé ma mère. Toute mon enfance je me suis battu contre ce demon à l’interieur de moi qui me poussait à faire une betise. J’ai resisté et resisté dans l’espoir que le jour de mes 18 ans je pourrais fuir mon père et m’installer en belgique afin de recommencer ma vie sur de meilleures bases. Et c’est ce que j’ai fait. A 18 ans je me suis installé et entamé des etudes de journalisme ( le metier de mes reves à l’epoque). Après cinq ans à enchainer les petits boulots et les examens, j’etais enfin diplomé. Tout ça pour me rendre compte que la société belge que j’avais tant idealisé ne me considerait que comme un citoyen de seconde zone, un animal. PArce que j’ai un physique d’arabe. Même si je suis athé à leur yeux je serais toujours un musulman capable de me faire peter la gueule. Alors on fini par y croire que l’on est pas humain. Surtout lorsque aucun employeur ne vous laisse une chance de prouver votre valeur et votre courage. Alors on fini par se dire vas y fais le, de toute façon tu ne vaux rien. Tu t’es battu pendant 27 ans et ta vie est toujours aussi merdique, à quoi ça sert? j’ai essayé de combattre ce demon pendant tant d’année et maintenant il me submerge. Aujourd’hui je ne mettrais pas fin à mes jours grâce à ce site et à ses témoignages. Mais qu’en sera t’il demain?

Laurou:

En France, les français pensent être une race supérieur et pensent avoir un droit de juger de qui a VRAIMENT envie de quitter un pays en guerre pour avoir l’asile politique… ce genre de choses. Je suis fille d’immigrés, je suis née en France et pourtant je n’ai été française que très tard car le droit du sol ne s’applique qu’aux enfants ayant un parent français (mère portugaise arrivée a 4 ans père américain)… Je suis entourée dans mon milieu de gens racistes qui confondent Arabes et musulmans, origines et pauvreté.. Qui pensent qu’un délinquant est un délinquant à cause de sa couleur alors que c’est à cause de son milieu social… Mon cousin avec qui je suis très proche est Arabe d’Algérie et son grand père a chassé son père de la maison à coups de fusils. Mon oncle est allé en France et a toujours tout fait comme vous pour s’en sortir. Il a toujours été traité comme un animal, et mon cousin comme un « Arabe ».

Je pose une question simple aux racistes:
« Vous etes intolérants, vous associez vous a Hitler? »
« Vous reprochez le communautarisme, si vous alliez vivre en Chine et que vous rencontriez un français la bas, parleriez vous français ou chinois à ce compatriote émigré comme vous? »
« Pensez vous qu’au Portugal il n’y a que des maison plates avec seulement des rez de chaussées car il n’y a que des concierges? De meme, pensez vous qu’il y ait du commerce en Afrique du Nord, si tous les arabes sont des voleurs qui est le premier à avoir acheté?
Enfin pour les croyants
« Dieu prône la tolérance et le respect, pensez vous respecter ces préceptes en traitant les étrangers ainsi? »

Vous devez être aussi fort que Rosa Parks ou Mandela. Aujourd’hui il n’y a plus d’apartheid ni d’esclavage. Peut_etre que si vous vous battez un jour il n’y aura plus de racisme.

Jean:

bonjour

j’ai 17 ans ,je n’ai pas eu une vie difficile.J’ai simplement compris cs que la plus part des gens ne veulent pas voir,la fatalité de la vie.Pour moi,finalement nous ne vivons que pour mourrir.Je n’ai plus envie de quoique ce soit ,je ne ressent quasiment plus aucune emotion ou alors elles sont vagues.Tout ça m’ennui et c’est pour ça que je veux en finir avec tout ce qui me torture en permanence.Les seuls moments où je ne me lasse pas de la vie c’est quand je pense a lameilleur méthodes pour me suicider.J’ai pensé sauter du toit de mon lycée,m’électrocuter ou encore prendre une dose létale de paracétamole.Voila c’est tout ce qu’il y a à dire,je n’attend ni réconfort,ni pitué ou de compassion.

Game over:

Bonjour,
Mon histoire va vous paraitre totalement ridicule en comparaison avec ce que vous avez tous vecu.
J’ai 19 ans et je pense que je ne merite plus la vie..
Jai commencer par voler un eleve dans ma classe, un eleve qui avais des problemes, jai fini par avouer et.jai etait finalement exclu définitivement. Cela a énormément decu ma famille. Je me suis alors mis en quete de trouver un travail ou une autre ecole, jai tout echouer, personne na voulu de moi, ma famille a commencer a reprendre confiance en moi malgrer.mes echec. mes parents ont fini par reussir a me faire passer le bac comme si jetai toujours dans un lycee, jai passer mes 2 premieres epreuves puis je ne suis pas aller a la 3eme,je navais aucun document, je les avais demander mais on me les a refuser… Jai donc menti a mes parents en leur disans que jirai, il lon appris aujoudhui, jai encore decu ma famille qui a present me hais… Durant les 6mois ou jai essayer de chercher une solution je nai pas arreter de leur mznti.Aujourdhui il me rejette et je pense avoir assez decu le monde comme ca… Sa parait bete dis comme ca mais jai envi den finir.

Golf:

bonjour jai 20 ans je me suis retrouver sur ce site parceque je voulais un suicide sans douleur … et jai bien vu que je pouvais me confier alors voici mon histoire depuis lage de 17 ans que je sens ce coter sombre en dedans de moi .. je ne peux empliquer pourquoi je suis ainsi jai juste limpression jai pa ma place dans ce monde.. jai ete consulter 3 ou 4 fois mais au plus profond de moi c toujourss aussi noir et mes envie sont toujours la . jai ecrit plusieurs lettre de prevention a moi meme je dirai en disant que je nai plus envie detre de ce monde .. je ne peux meme pa mregarder dans le mirroir je ne sais pa si je sui nee avec cette douleur noir en dedans de moi jai meme perdu mon boulot ma blonde .. jai limpression que tout ce que je touche . toute secroule autour de moi jvoulais savoir si il a quelqun ici qui est un peu comme moi et non ce nest pa une depression ! …

Chou:

Je suis tomber sur se site parce que je cherchais un moyen de se suicider sans douleur. C’est inroyable le nombres de gens qui souffre a l’interieur de soi meme. Moi mon histoire remonte a mon enfance. Quand j’etais petite je revenais tout les jours de l’ecole en pleurant, parce que j’etais la tete de turc des autres gamins. J’ai toujours eu enormement de mal a me faire integrer alors que je ne fesait rien, tout a fait honnete toujours avec tout le monde. Puis mon grand pere a abuser de moi, et je ne suis pas prete d oublier, mais mes 2 freres aussi je ne savait pas quoi faire. Puis la vie suis son cours toujours ete rejeter a l’ecole par les autres, et en 2006 une catastrophe, mon frere decede d’une crise cardiaque, cela ma tuer de l’interieur. Ca fera 6 ans cette annee et toujours pas fait le deuil, puis les problemes on recommencer. J’ai changer d ecole pour ne pas que l on me plaigne a mon ancienne ecole car j etais dans la meme ecole que mon grand frere, et pareil on ma mise de coter. Puis les annees passe il y a a peine 4 mois j ai quitter mon ex, notre histoire a debuter il y a 1 an et demi je le trouvais parfait sans defaut, on sait mis en menage pendant 1 an mais pendant cette annee je n’etais qu’une merde, il buvait bcp et se droguais bcp chaque fois qu il etait saoul j avais droit a des insultes tel que « salope, t’es qu’une grosse pute, .. » puis il a eu les coups, lancer un couteau sur moi que j ai recu en pleine epaule m ouvrir le crane avc une cruche d eau en plastique, puis depuis que mon frere est deceder quand je pleure de trop je vais une crise ou ma respiration se bloque, un soir j ‘en ai fait une tellement je recevait des coups je l’ai appeler a l aide et il sait foutu de ma gueule, que je devais arreter de faire semblant que je n avais cas crever. J ai eu droit a des shoots dans mon ventre comme un ballon de foot, ma tete expulser dans les portes. Une vraie merde puis je suis tomber sur un francais qui ma sortis de ce petrin pcq toute seule c etait impossible que jle face, j ai pris mon courage a 2 mains et je l ai quitter. Puis la je suis tomber amoureuse d’un mec de 26 ans j’en suis bleu mais lui ne m ‘aime pas et j’en souffre enormement. Je suis toujours seule je n’ai personnne a qui parler. MA derniere solution pour arreter de souffrir et me donner la mort, et je veux vraiment le faire, mais je veux le faire mais sans avoir de douleur.

Saveme:

bonsoir, voila il y a quelque jours j’ai perdu mon travaille, et de la tout c’est enchainer, ma copine ma quitter, certain membre de ma famille mon tournée le dos.
Depuis je suis seul, completement perdu sans personne a qui parler et il m’arrive souvent le soir de me demander si il vallait pas mieux que j’en finisse avec tous sa, que m’a vie n’a pas et n’aura jamais un grand intérer.
bref, je ne sais plus quoi faire, je ne c’est plus quoi penser.

David:

Bonjour,

Je suis un homme avec l’âme d’un petit garçon qui n’a pas grandit. Je suis né dans une famille ou la haine et la jalousie étaient les 2 piliers. Mon « père » rendait ma mère tellement malheureuse qu’elle s’est mise a boire. il l’a frappait et la brimait tout le temps.
Il l’obligeait a s’exhiber devant nous et la poussait a avoir des rapports devant nous.

Il s’est mis toute la famille a dos et nous a extorqué tout notre argent a moi et mon second frêre.

Alors je suis parti et j’ai erencontré ma femme nous avons eut un beau garçon et j’ai bien cru que j’étais sorti des ennuis.
Puis j’ai monté ma boite pour échapper a un patron abusif et tyrannique.

Evidemment la crise a eut raison de mon rêve et a cours d’argent et trés endetté j’ai accepté de retourner chez ce patron tyrannique.

Aujourd’hui et malgrés une femme aimante et un ptit gars adorable je n’arrive plus a surmonter ma vie je n’en peu plus et pour la première fois j’envisage de mourir…

Christian Galipeau:

Si vous aussi vous vivez un moment difficile et que vous voulez en finir. Je vous invite à nous raconter votre histoire dans les commentaires ci-dessous. Et si jamais vous voulez me contacter en privé, je vous invite à le faire en utilisant la page de contact de mon site ou en écrivant directement à [email protected].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *